Au Pays des Pharaons : EGYPTE

Depuis plus d’une semaine nous sommes au Caire . La plus grande ville de l’Afrique ou l’Islam y a sa  place à 90%. Avec Les 20 millions d’habitants qui y habitent elle se  caractérise de bouleversante par sa perpétuelle agitation, son tumulte, sa diversité qui règne dans cette ville polluée, sale mais attachante.  Le Caire a un pied dans le Moyen-Age et l’autre dans la modernité: nous pouvons y franchir les siècles en quelques instants. Des rues du Caire Islamique aux pyramides de Giza, nous n’avons qu’à faire quelques kilomètres… et l’on remonte quatre mille  ans dans l’histoire.

Pyramides de Giza

L’air y est particulièrement sec, seul le Nil fait que l’on y retrouve pas totalement le climat Saharien. La flore semble mal respirer avec cet air qui nous parait insalubre et dense. Les papyrus, palmiers, acacias, poincianas suffoquent sous cette poussière de sable. La végétation se fait rare, aucune trace de nature dans cette région urbaine.

Les gens y sont attachants, disponibles , soucieux de notre bien-être , rassurants. Que l’on prenne le taxi ou l’autobus la langue est une contrainte. Par chance, Il y a toujours un ami Egyptien que nous pouvons téléphoner pour expliquer  le trajet au chauffeur de taxi en Arabic. Il est très difficile de s’orienter dans la ville.. Les points cardinaux sont identifiables que lorsque nous voyons un Musulman faire sa prière en direction de l’est! Nous entendons les prières  5 fois par jour provenant des gens qui prient des mosquées, ou celles-ci sont présentes à tous les coins de rue. Elles nous font pénétrer dans l’Islam et nous finissons par nous faire bercer au son du chant qui l’accompagne.

Nous habitons le Madinet Nasr, grand quartier modeste ou fourmille les activitées des petits marchés avec leur étalages de fruits en formes de pyramides de toutes les couleurs, de légumes en abondance et bien sûr de ses épices odorantes de safran , de cumin, de feuilles de laurier, de curry qui nous enivrent à exiter nos papilles. Quoi demander de plus frais aussi… les poulets qui sont dans de petites cages , pas trop entassés et qui attendent : car juste à côté c’est le déplumage et le rotissage sur broche et c’est payer et emporter!

Les Egyptiens dorment peu, ce qui fait que la ville est en constante agitation. Les magasins sont ouverts 24/24 .

Dr. Yasser Elbatrawy spécialiste de la technique d'Ilizarov

Nous devons nous adapter à l’horaire de notre hôte Dr. Elbatrawy. Nous débutons les cliniques en fin d’après-midi et terminons souvent tard la nuit après de longues chirurgies. La nuit dernière nous avons assister Dr. Elbatrawy et Dr. Mohammed pour  un patient de 26 ans . Il ont fait 3 chirurgies sur le même patient . L’opération a duré 7 heures. Une exision de  6 ostéochondromes (multiples excroissances de la surface externe de l’os) avec  2 ostéotomies ( qui veut dire section  d’un os long) du tibia et un du fémur. Ensuite correction par Ilizarov du coxa-valga. ( qui veut dire malalignement de la hanche). Tout a été effectué sur le membre inférieur gauche.

Nous avons aussi assisté à une opération pour faire allonger les deux jambes (tibias) d’une femme naine ( achondroplastique), par un fixateur Ilizarov. Elle gardera ce fixateur circulaire autour de ses jambes pendant des mois avant que ses os soient allongées et consolidées à la longueur voulue.  Elle ajuste le fixateur elle-même en rajoutant un quart de mm trois fois par jour. Elle semble être très heureuse de toute la procédure et du grand changement que cela apportera dans sa vie.

Discussion pré-op

Les jambes prêtes à allonger

Cette semaine nous aurons d’autres expériences enrichissantes, sûrement. Par contre, Nous attendons avec impatience de rencontrer   Ramses II et Toutankamon. Qui sait?

A bientôt,  Danièle et Christopher

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Un commentaire

quelques jours avant notre départ

Cette semaine a été particulièrement occupé. Nous avons finalisé l’envoi de nos boites de matériel chirurgical . Nous nous sommes rendus à l’entrepôt de notre beau-frère Bruno Goupil qui a eu la générosité d’accepter les boites dans son entrepôt de Montréal afin que le transporteur aérien vienne les chercher pour les livrer à Bujumbura, Burundi. Enfin notre gros travail est terminé. Nous avons 47 boites qui seront utilisées pour les chirurgies.C’est toute une livraison.

Grâce à un ami , Jacques Thille qui travaille à l’Hôtel Dieu de Montréal, nous avons pu acquérir notre appareil d’anesthésie . Quel beau don de leur part. Nous remercions l’hôpital ainsi que les 3 autres personnes qui ont travaillé afin que cet appareil puisse appartenir à FDOB. C’est la chose donc nous sommes le plus fier à date. Un des centres où nous travaillons à Bujumbura l’apppareil est très désuet et fonctionne mal. Nous avions promis aux anesthésistes que nous ferions tout notre possible pour leur en trouver un usagé et qui fonctionne bien. Notre recherche et notre contact a été fructueux.

Nous sommes très chanceux. Notre famille, nos amis s’occupe beaucoup de notre projet en s’impliquant dans des dons, du matériel ou bien à nous trouver des contacts utiles. Quelle belle initiative. Nous vous remercions tous.Nous nous sentons appuyé car les gens croit en notre projet, qui se réalise grâce à vos conseils, votre implication et votre appui.

Lundi matin , nous serons le couple « Personnalité de la Semaine « à la radio de radio-canada. Un article sera publié dans le journal Le Droit également. C’est grâce à notre amie Anne Michaud encore une fois qui a cru en nous. Merci Anne.

Il ne reste que nos bagages personnels à faire , ainsi qu’un peu d’exercice avant de partir. Nous partons en paix, avec de nouveaux défis et plein d’énergie. Une autre page d’aventure en Egypte et  au Burundi débute.

A bientôt.

Daniièle et Christopher

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Bonne Nouvelle !

Bien que nous sommes occupé à  préparer  notre départ, nous sommes allés récupérer du matériel de chirurgie orthopédique à l’Hôpital Santa Cabrini et à l’hôpital Pierre Boucher à Montréal. Merci beaucoup à Maria Munchini, infirmière du bloc à Santa Cabrini et à Dr. Myriam Fraser, orthopédiste à Pierre Boucher. Nous allons utiliser ce matériel avec efficacité afin qu’il puisse servir aux plus démunis. Un gros merci !

Par la suite , nous avons communiqué avec un ami de notre beau frère Bruno qui se nomme Jacques Thille et qui travaille comme technicien d’équipement à l’hôpital Hotel Dieu de Montréal. Et… il nous a trouvé un appareil d’anesthésie usagé de marque Ohmega: Excel 110 qui  est en parfait état de marche. C’est un appareil simple avec ventilateur que les anesthésistes Burundais pourront facilement utiliser. Nous avons appris la bonne nouvelle au Centre Médico- Chirurgicale de Bujumbura ou l’appareil va être utiliser et où nous travaillons depuis janvier 2011. Tous sont très contents et » remercie Jacques et Que Dieu le Bénisse! »

Nous allons récupérer l’appareil vers le 3 novembre après que Jacques ait fait tout le nécessaire afin que l’appareil soit déclassé des registres de l’hôpital.

On dirait que lorsque l’on fait de notre vie une aventure, tout nous arrive à point. Nous aimons notre travail  et chaque jour nous nous réjouissons d’être venue au monde avec le courage de vivre une vie de plénitude !

Dan & Chris

 

 

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

AVANT LE DÉPART!

Nous sommes dans les préparatifs, encore une fois pour aller passer 5 mois et demi au Burundi. Auparavant, nous faisons une petite halte en Egypte au Caire, pour travailler avec l’expertise réputé du Professeur  Dr. Elbatrawy.  Nous travaillerons sur le système ILIZAROV qui est un fixateur externe pour la correction graduelle des déformitées sévères ainsi que  pour l’allongement des jambes courtes et traitement des pseudo-arthroses infectées et non infectées.

Nous  passerons près de 1 mois au Caire et ensuite continuerons notre route pour le Burundi. Nous sommes présentement à préparer tout le matériel que nous devons envoyer avant le 17 novembre la date de notre départ.

Nous avons déjà 40 boites de matériel  et ce n’est pas terminé !!  Nous apportons du nouveau matériel orthopédique pour réaliser d’autres genre de chirurgies que nous voulons amorcer dans le pays. ( Arthroscopie, Ilizarov, Pied bot, Remplacement de la hanche, fluoroscopie). Pour la fluoroscopie nous avons appris par un médecin,  Dr. Thierry Mako avec qui nous travaillons à l’hôpital REMA à Ruyugi que la livraison d’un don de l’Europe arrivera le 6 novembre avec  en plus,le technicien pour calibrer  la machine !! Quel beau cadeau! Nous en sommes très heureux.

En affichant une annonce à l’Association des orthopédistes du Québec pour recruter des volontaires à venir travailler avec nous, nous avons eu plusieurs réponses de chirurgiens orthopédistes qui sont intéressé à se joindre à nous. Merci beaucoup ! Nous ferons de votre visite un séjour inoubliable!

La semaine prochaine nous irons faire le tour de quelques hôpitaux à Montréal pour récupérer du matériel orthopédique désuet que les hôpitaux se débarrassent. Nous espérons que cette tournée sera fructueuse.  Pour l’instant nous avons reçu des dons de matériel des CLSC ici à Gatineau, de l’hôpital de Hull et de SIGN  aux USA,  de Randy Huebner, qui a été généreux avec nous.

Nous cherchons un appareil d’anesthésie pour apporter au Burundi , spécifiquement dans un centre de Bujumbura. Usagé mais qui fonctionne encore.

Nous sommes aussi en  communication avec le chirurgien qui travaille avec notre matériel que nous avons laissé en mai dernier, Dr. Jean-Claude Nyondiko. Régulièrent il nous écrit et il a réalisé beaucoup de chirurgies avec ce matériel et c’est très motivant pour lui. Il nous attend et semble très fier de ce qu’il a accompli.

Notre but était celui-ci. Que nous laissions notre matériel sur place  à un chirurgien lorsque nous ne sommes pas au Burundi  afin qu’il puisse l’utiliser en continuant de traiter les patients. Alors c’est atteint!!   Lors de notre arrivée au Burundi, il y aura une annonce faite par un journaliste que nous avons opéré en mai dernier. Il fera de la publicité à la télévision avisant la population de notre retour. Nous croyons que cela attirera beaucoup de gens ayant besoin de chirurgie et qui sont en attente. Alors si nous avons de l’aide de chirurgies orthopédistes, notre travail sera dès plus récompensé.

La semaine dernière nous avons été interviewé par la Radio de Radio-Canada international.L’entrevue a été diffusé  sur le réseau francophone et anglophone international. Voici le lien pour ceux qui aimerait le lire ou l’écouter: aller sur le site dans  » les chroniques » et cliquer sur Tam Tam Valérie Morand

La Fondation pour le développement de

l’orthopédie au Burundi a vu le jour en août 2010 grâce à Danièle Després ,infirmière et sage-femme et son mari, Christopher Carter, chirurgien-orthopédisteLe couple quittera à nouveau l’Outaouais à la mi-novembre pour un séjour de six mois au Burundi afin d’offrir des soins en orthopédie. Crédit: Valérie Morand

COMMENTAIRES

A bientôt, lorsque nos boites seront finies d’être remplies et envoyer par container ou avion , nous n’avons pas encore décidé, nous vous ferons savoir le reste de l’histoire.

Danièle et Christopher

 

Publié dans Non classé | Un commentaire

Accidents de la Route, Délai et Souffrance

Au Burundi les gens qui ont des voitures, se déplacent beaucoup  dans la ville de Bujumbura , à l’intérieur du pays ainsi qu’au Rwanda au Congo et en Tanzanie. La conduite automobile est à nos risques et périls pour chaque minute que nous passons sur la route. Que nous soyons en voiture, en moto, à pied ou en vélo il y a danger en tout temps. Aucuns codes, ni règlements sur les routes. Pas  d’arrêt obligatoire et pas de  feux de signalisation; tout le monde fait ce qu’il veut, c’est -à -dire qu’il fonce dans le tas !!

C’est ainsi que la plupart de nos patients nous arrivent  accidentés de la route: par exemple un  accident de vélo: une dame de 33 ans qui s’est fait renversée par une voiture. Elle était assise sur le support arrière du vélo,  les 2 jambes sur le même côté face à la route  et son mari conduisait.

Le résultat fut 2 fractures du fémur et une fracture ouverte du tibia droit. L’accident est arrivé le 9 mars 2011 et nous n’avons pu l’opérer que le 18 mars 2011. Trois (3) clous de SIGN ( clou intra-médullaire verrouillés) furent installés durant l’opération qui dura 4 hres 30.  L’opération fut un succès. Pour cette femme, dont la vie venait de basculer (handicapé à vie); voilà que nous pouvons l’opérer dans un bon délai raisonnable et avec succès.

Le lendemain de son opération elle était souriante, bougeait ses orteils et sa jambe gauche.  » Pas trop de douleur », nous disait-elle, en kirundi. Pendant qu’elle était au lit , sa famille était présente pour lui préparer ses repas , la laver et l’habiller. Sa mère était assisse par terre , et fabriquait un tapis de paille tressé pour dormir sur le plancher près d’elle.Le lendemain le tapis était terminé, il était magnifique!.

A part un peu d’oedeme qui reste aujourd’hui, Kiro peut maintenant s’asseoir sur le bord de son lit et plier légèrement les 2 genoux et soulever sans problème sa jambe droite.  Par contre, sa jambe est  un peu en varus (rotation interne) à cause du clou, et nous devrons repositionner les  vis distales au fémur droit . Ce jour, nous avons visiter Kiro dans sa chambre et elle peut maintenant se maintenir debout en marchant en s’appuyant sur le bord de son lit. Nous lui fournirons des béquilles en bois, fabriqué par une personne ici. Le prix est de 12,000 franc Bur. Ce qui équivaut à environ 11.50 $ canadien .Sa rhéabilitation est maintenant débutée.

Dans la chambre d’à côté , c’est une autre histoire: Simon qui a eu un accident du travail en tombant d’un mur de briques, est hospitalisé depuis le 17 mars 2011. Il était à la clinique médicale de chirurgie ou nous travaillons, mais il a finalement été transféré à l’hôpital Roi Khaled car son employeur trouvait que les frais du CMCC était trop cher. A l’hôpital Roi Khaled, nous avons fait plusieurs tentatives pour le mettre sur le programme opératoire mais sans succès. L’employeur refusait toujours de payer la caution et les frais pour qu’il subisse sa chirurgie. Nous l’avions programmé pour l’opération le 19 mars, le 22 mars, et finalement le  11 avril où nous avons procédé à l’intervention. Après notre visite de tournée vendredi dernier , nous avons finalement décidé de lui payer sa caution. Caution donné par un donateur à notre ONG. Merci beaucoup Mario.

Simon a une fracture du fémur droit et une fracture du radius droit. Plus le délai d’opération est long, plus difficile est la chirurgie . Il y a aussi la contrainte des  anesthésistes disponible pour l’opération. Ici, à l’hôpital, les anesthésistes font un ou 2 cas par jour. Si nous sommes très chanceux ils en font 3.  Après midi , ils ne reviennent plus et il est presque impossible d’en trouver un. Nous essayons de trouver des solutions afin d’améliorer les conditions; souvent il nous arrive de payer personnellement le personnel pour qu’il reste.

Aussi nos prenons particulièrement soin d’un jeune garçon de 13 ans, Eric qui s’est fait attaqué par un hippotame dans le Lac Tanganyika. Pendant qu’il  nageait  l’hippopotame l’a surpris en lui « arrachant  » le côté droit de son muscle fessier et en lui fracturant le bassin avec rupture de la vessie. Quel malheur ! Plusieurs autres plaies aux jambes et des marques de griffes au dos. Il est toujours hospitalisé et nous prenons une attention particulière pour lui. Il souffre dans un silence et une humilité que nous ne connaissons pas au Canada!! C’est simplement l’acceptation ! Les analgésiques? Il ne connait pas!

Les choses sont comme elles sont !! Les gens sont simples, humbles et dégagent un charisme qui nous amènent vraiment à réfléchir sur l’essentiel de la vie, une grande leçon d’humilité  et  une belle leçon de vie. Que pouvons nous demander de plus!  Parfois, ce sont dans les choses simples de la vie que l’on trouve le bonheur dont on aspire tant….

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Dimanche 13 mars 2011

La semaine s’est achevé avec beaucoup d’enthousiasme car notre mission se concrétise petit à petit.  Chaque journée passée semble s’améliorer et nous commençons à se faire connaitre de plus en plus à Bujumbura. Nous ciblons davantage les prioritées, et essayons d’être le plus efficace possible dans les plages horaires de chirurgies que nous avons. Nous essayons aussi de bien travailler et d’éviter les complications ce qui n’est pas facile étant donné la complexité de ces cas souvent négligés pendant plusieurs semaines.

Cette semaine l’anesthésiste Dr. Shabani travaillait avec nous, alors les patients étaient prêts à temps pour être opérer. Il y avait peu de délai entre les cas. Mais lundi, nous avons pensé rebrousser chemin, car l’infirmier  chef anesthésiste avait décidé ce matin que nos cas seraient annulés. Un patient (qui n’était pas anticoagulé) avait son test  de prothrombine anormal (erreur de labo), l’autre était diabétique et sa glycémie était à 10 et le troisième n’avait pas toutes les analyses qu’il fallait. Finalement notre anesthésiste préféré,  Dr. Shabani est arrivé et a tout mis en oeuvre pour que nos patients soient opérés cette journée.

Dr. Shabani, nouvellement rentré au pays après un long stage en France semble avoir un intérêt particulier pour notre projet. Il habite dans un quartier pauvre de la ville. Il nous a dit que le salaire moyen pour un ouvrier est de 3 à 5 dollars par jour. Alors quand un jeune homme ou femme se retrouve à l’hôpital suite à un accident de la route qui n’était pas de sa faute,  et a besoin d’une opération qui coutera $500.00 c’est un vrai dilemne. Il fera recours aux membres de sa famille mais souvent il est obligé de vendre une partie de sa terre ce qui lui fait très mal car sa terre est sacré; c’est son moyen de survie.

Nous avons débuté la semaine avec un patient de 30 ans du nom de Emery. Il a été victime d’un accident de piéton-moto le 3 janvier 2011 et avait une fracture de fémur gauche. Une réduction ouverte a été faite et avons dû utiliser le distracteur fémoral car il n’avait pas été mis en traction et la fracture était consolidé avec une racourcissement important. En plus,  il y avait un troisième fragment. Nous n’aurions jamais été capable de réduire la fracture sans ce distracteur, (que nous avons acheté des Indes pour $117.00) même avec la force de notre résident musclé, Moise.  Un enclouage fémoral par approche antégrade  avec le clou de SIGN a été faite et la chirurgie s’est très bien passé. Nous avons récolté tout le cal osseux que le patient avait formé et nous l’avons remis autour de la fracture une fois reduit et fixé.  Jean-Claude le chirurgien assistant avec Christopher a travaillé activement et a bien aimé poser le Clou de SIGN. Il veut prendre la relève et continuer de le faire lorsque nous serons absent.  Ce patient était hospitalisé depuis le 7 janvier en attendant d’avoir de l’argent pour payer les frais de chirurgie (médicaments anesthésiques, solutés, compresses, seringues, sang, pansements, etc.) Nous lui avons proposer de payer les 100,000 franc Burundien qu’il lui manquait. Ainsi, il pourra guérir et retourner chez lui après convalescence, pour continuer sa vie.  Il est cultivateur.

Emery

Nous avons également fait  une chirurgie de fracture bi-malléollaire ouverte chez un patient diabétique. Nous craignons que des résultats positifs ne soient  pas concluant de  cette opération car il y avait beaucoup de tissus nécrotique dans son pied. Le patient était sous anesthésie rachidienne pendant l’opération et bougeait constamment. Nous devions lui dire d’arrêter de bouger.

Langin

Finalement notre dernier cas a dû être annuler car il était 17 hres et c’est l’équipe d’urgence qui était de garde. Un patient en urgence s’est présenté pour plaie par balles à l’abdomen et devait être opéré tout de suite.

Mardi au CMCC un patient de 45 ans avec une ancienne fracture du tibia et péroné (malunion). Une ostéotomie oblique dans un plan frontal avec fixation plaque/vis . Les os étaient très durs et l’ostéotomie  difficile à faire. Par chance nous avions notre  scie électrique, Dremel Multimax recouverte d’une chaussette stérile et branché à notre Eliminator Power Box (car le courant ici est 220V) qui fonctionnait très bien .

Joseph

Mercredi, patient du nom de Enock. Un  SIGN nail a été installé dans son tibia. Un autre avait été installé dans son fémur il y a deux semaines. Il avait aussi une fracture du radius droit ou une plaque et vis ont été posé.  Notre assistant était Moise, un résident qui  travaille avec nous. Il est bon et fort,  nous le taquinons souvent. Nous croyons bien avoir fini avec ce patient. Il ne reste que la physiothérapie ( kiné) et espérons bien qu’il retourne à une vie presque normale. Par contre il a une grosse plaie de pression au talon suite à l’attelle platré qu’il portait depuis son accident le 1e janvier. Vous verrez dans les photos comment son membre inférieur était racourci suite à ces 2 fractures.

Enock

Un bambin de 4 1/2 ans avec malunion du radius droit. Il avait une consolidation de l’os à 90 degrés. Une ostéotomie et une plaque et vis ont été mis.  Regardez sur la photo!!

Ivan Ishim

Jeudi nous sommes allés à l’hôpital privé de Bumerec faire des consultations en a.m. Nous avions aussi un cas d’un monsieur de 59 ans à opérer mais avons décidé de l’annuler , car son état de santé ne le permettait pas. Il est diabétique, fumeur et alcoolique avec antécédents de pancréatite et sténose pylorique le tout grâce à un salaire beaucoup plus élevé que la moyenne! Pas d’embonpoint par contre. Son Hémoglobine était à 7.0, glucose à 10.1, globules blancs à 16,000. Il a eu des transfusions sanguines et nous le céduleront pour sa chirurgie de fémur proximal ( hanche) cette semaine.

Vendredi a été une journée très productive à l’hôpital de Roi Khaled. Un enfant de 3 1/2 ans  très actif et jovial avec une luxation postérieue de la hanche droite depuis au moins un mois et demi suite à une accident de vélo. Une réduction ouverte et ensuite plâtre spica a été installé. Nous avons trouvé un interposition capsulaire ce qui bloquait la réduction fermé que nous avions tenté auparavant. Merci au Dr. Francois Fassier, orthopédiste pédiatrique au Canada, pour ses conseils sur ce cas et plusieurs autres!

Moise

  L’autre patiente Amcilla une femme de 35 ans que nous avions déjà opéré le 18 février pour arthrite septique à son genou gauche suite à une fracture ouverte avec perte de substance osseuse. Cette fois une arthrodèse du genou a été faite et un fixateur externe a été réinstallé. J’ai demandé durant l’opération à Christopher pourquoi cette patiente ne serait pas un cas pour une prothèse de genou. Il me dit que bien sûr, cela devrait être , mais ici au Burundi , il n’y a pas de prothèse de genou. Cette femme pourra quand même marcher dans l’avenir , mais ne pourra jamais plier son genou.  Grâce à cette chirurgie, elle pourra poursuivre ses études universitaires en cours.

Amcilla

 Aussi une réduction fermé du coude gauche a été faite à un enfant juste avant l’opération de cette femme. 

Nos instruments chirurgicaux  que nous utilisons sont lavés après chaque chirurgie par Emilie et Mélyna. Elles font un excellent travail aussi dans la salle d’opération. Elles sont comme des petites abeilles avec le personnel Burundais qui aussi sont très disponibles et ne disent jamais non.

Nous  avons eu une discussion avec Dr. Shabani aussi. Il nous expliquait que les gens qui sont ici hospitalisés depuis longtemps en attente de chirurgie et/ou  en attente de payer les frais de leur séjour à l’hôpital sont souvent prisonnier à l’hôpital. Ils ne peuvent pas sortir tant que la famille n’a pas trouvé parfois les 200.00$, 300.00$, parfois jusqu’à 600.00$  pour payer les frais hospitaliers. Souvent la famille ne peut les aider, et ces paysans doivent vendre une partie de leur terre pour payer. Ce qui leur fait très mal, car pour eux la terre est importante pour nourrir la famille. C’est une grande réalité ici au Burundi et cela est très fréquent. Mais ce qui est beau de constater, c’est que ces gens ne perdre jamais, jamais espoir. Ils sont très résilients et acceptent leur condition tel quel.

Il y a des gens qui nous approchent pour continuer notre mission et veulent que nous ayons un suivi même si nous ne sommes pas présents durant toute l’année. Nous pensons que d’autres chirurgiens pourraient venir ici travailler pour 3-4 semaines et tout pourrait être organisé par l’hôpital via notre fondation. C’est à organiser…… Mais cela sera une autre histoire à suivre!!

Publié dans Mission 2011 | Laisser un commentaire

Dimanche 7 mars 2011

Cette semaine nous prévoyons travailler beaucoup plus. L’hôpital Universitaire Roi Khaled, nous a fourni un chirurgien orthopédiste et un anesthésiste, dans le but d’être efficace, et plus autonome. Nous avons également une salle d’opération pour l’ortho à notre disposition. Il y aura plusieurs cas cette semaine à opérer avec aussi plusieurs défis. Il y a plusieurs  qui ont des fractures depuis plusieurs semaines et plusieurs mois, et dont Christopher et Jean-Claude doivent y réfléchir très minutieusement avant de les opérer. Ce sont de beaux défis. Nous préparons notre matériel et nos instruments nous-mêmes afin d’être plus efficaces. Nous avons deux bonnes aides, qui sont jeunes infirmières : Emilie et Mélyna qui sont très utiles pour nous aider. Alors nous avons une bonne équipe dynamique et voulons accomplir de notre mieux.

A la fin de la semaine nous pourrons vous raconter toutes les belles surprises que nous avons eu cette semaine dans la salle d’opération. Nous nous amusons, même si nous voulons que notre travail soit professionnel. Les Burundais sont joyeux, aidants et dévoués. On les aime!!

Merci à tous ceux et celles qui nous encourage dans notre projet. Christopher et moi-mème  en sommes très reconnaissants

A bientôt.

Publié dans Mission 2011 | Un commentaire

dimanche 20 février 2011

La semaine se termine et nous avons pu accomplir diverses choses ici à Bujumbura où nous sommes établis depuis maintenant presque 3 semaines. Notre projet se concrétise doucement et tout se met en place au bon moment avec les bonnes personnes.

Nous avons de la chance , car tous les gens rencontrés pour faire des contacts sont très intéressés au projet orthopédique que nous leur présentons.

Lundi le 14 février, nous sommes allés faire des chirurgies au Centre Médico Chirurgicale Chrétien.

La première chirurgie était un jeune homme de 28 ans, avec section de tendons extenseurs de sa cheville gche. Sa blessure datait d’un mois et les tendons étaient retractés et entourés de cicatrices. Le patient est arrivé tôt le matin, mais finalement avec plusieurs délais comme stérilisation pas prête,  il a été opérer vers 11 hres 30 le matin. La deuxième chirurgie , était un corps étranger dans le coude  qui était des débris de grenade et finalement le troisième cas était exérèse de broches au pied droit chez un monsieur de 60 ans. Il avait ses broches depuis des années et ne savait pas. Son pied lui faisait mal.

Le personnel médical et nursing sont très coopérants et essai de nous faciliter les choses. Ils travaillent avec nous, et sont contents de le faire. Après la chirurgie ils nous servent un thé sucré , malgré la chaleur et ensuite nous préparons l’autre chirurgie. La stérilisation est faite dans le poupinel ou bien dans l’autoclave. Tous les instruments sont pèle mêle dans une boite de stainless steel et il est parfois difficile de trouver le bon instrument dans la boite. Les champs stériles sont vieux et usés parfois avec des petits trous. Au CMCC , les blouses de chirurgies sont très très désuètes , vieilles et usées. Ce qui nous a donné l’idée , d’aller acheter du tissus ce week-end et d’en faire fabriquer une douzaine , avec de nouveaux champs stériles également par un couturier du Burundi.

Notre matériel médical que nous avons commandé des Indes est finalement arrivé hier soir par avion , que notre Cher ami Barnabé nous a aidé à dédouaner sans problème et avec un coût minime. Donc, nous avons des prothèses de Moore, clou de Kuntshner, plaques et vis, garrot et beaucoup d’outils chirurgicaux. Avec le matériel donné des hopitaux du Canada, et surtout le SIGN Nail nous commençons à avoir un équipement adéquat pour travailler.

Mercredi nous avons travaillé à l’hôpital Roi Khaled et le SIGN Nail a été installé à un patient de 46 ans qui était accidenté dans un accident d’auto-moto,depuis le 2 janvier 2011. En fait il avait une fracture bifocale du Tibia et fracture communitive du fémur, une fracture du col fémoral qui n’est pas encore opéré et un genou ligamentaire. Tout cela sur la même jambe! Ainsi deux clous de SIGN ont été installés . Un au fémur et un au tibia. C’était le premier SIGN Nail au Burundi!

Le chirurgien qui a assisté Christopher , Dr. Jean-Claude Niyondiko, est un chirurgien de chirurgie générale avec formation en orthopédie . Il est très dynamique et est très intéressé de travailler avec nous. Il a offert de travailler à l’hôpital tous les lundis, mercredis et vendredi matin avec lui. Tout sera plus facile avec lui, car il peut céduler les cas sur son temps opératoire. Et il est très bon aussi. Il a étudié en France 2 ans pour sa formation, et a beaucoup l’allure française. Il a décidé de revenir dans son pays y travailler ,pas pour le salaire, mais pour les gens de son pays. Son salaire est très peu à l’hôpital et il doit faire des gardes dans d’autres établissements pour gagner un peu plus d’argent.

Nous avons fait une greffe osseuse du tibia avec plaque et vis à une femme de 46 ans au CMCC. J’ai assisté Dr. Antoine chirurgien général pour une laparatomie et finalement tant qu’à y être il lui a fait une abdominoplastie partielle.

Nous avons un local pour  faire une réserve de notre matériel à l’hôpital Roi khaled. C’est très pratique et nous n’avons pas à transporter notre matériel à tous les jours. Nous devons préparer nos plateaux de chirurgies nous-même faire le lavage des instruments et s’occuper d’aller les  porter à la stérilisation.

Hier Christopher et moi sommes allés faire la tournée des patients opérés cette semaine. Tous avaient le sourire et semblaient heureux enfin que, quelqu’un les avait pris en charge. Ils pourront quitter l’hôpital après la guérison et pourrons continuer leur vie. Il y a des patients qui sont hospitalisés depuis de mois et même des années à cet hôpital en attente d’une chirurgie. Il y a des cas ou il est trop tard, et ils devront vivre avec leur handicap permanent faute de n’avoir pas été opérer précocement.

Samedi apès midi a été relaxe. Nous avons fait de la marche et du jogging avec toute l’équipe du Bloc opératoire. Par la suite nous sommes tous allés au restaurant et avons fait la fête. Nous avons dansé au rythme de la musique Burundaise!!

Publié dans Mission 2011 | Laisser un commentaire

Histoire de Cas d’un jeune homme de 23 ans.

Tournée des patients de dimanche le 13 février. Un jeune homme de 23 ans que nous appellerons Jean ici est alité depuis 5 semaines avec une fracture ouverte et luxation de la cheville gauche. Sa  malléole externe est en partie nécrosé . Il a beaucoup de douleur, Il n’a plus de peau saine au talon. Son pied est comme une brûlure rouge vive ( voir photos). Nous le cédulons pour une chirurgie dans le but de mettre un fixateur externe . Nous le voyons en salle d’opération mercredi le 16 février. À l’arrivée , nous constatons un pied très mal en point , gangréneux et qui ne guérira probablement jamais même avec greffes de la peau. Les deux chirurgiens : Christopher Carter et Jean-Claude Niyondiko prennent la décision de l’amputer au tiers inférieur du genou. Le patient semble content , malgré la perte d’un membre, car il n’aura plus de douleur dans le futur. Il n’a pas d’argent pour se payer un prothèse de la jambe. Nous lui expliquons que nous allons nous occuper de lui procurer une prothèse et qu’il n’aura pas à payer.

Nous avons pensé à prendre l’argent reçu de donnateur pour payer sa prothèse. Cette prothèse lui donnera presqu’une vie normale et il pourra marcher et travailler. A chaque visite post-op, il nous remercie et il a un grand sourire . Il pourra sortir de l’hôpital enfin et aura une rééducation lorsque la plaie suite à  son amputation sera guérite. Nous voulons remecier Lili Gaudreau et Fred Farmer pour lui précieux don,  qui servira à rendre quelqu’un heureux avec une meilleure qualité de vie.

Danièele et Christopher

Publié dans Histoire de cas, Photo | Un commentaire

Dimanche 13 février 2011

Cette semaine s’est déroulé par de la planification et des visites à l’hôpital  Universitaire Roi Khaled, le CMCC Centre Médico-Chirugical Chrétien et l’hôpital Bumerec. Nous avons fait la tournée des patients en orthopédie. Il y a beaucoup de cas avec des défis ! Beaucoup ont besoin de chirurgies et sont en attente dans leur lit d’hôpital depuis plusieurs semaines. Beaucoup ont des infections de l’os suite aux fractures ouvertes non traitées. D’autres ont des fractures en voie de guérison mais  sont en mal position. Nous essayons de planifier les cas les plus urgents et qui peuvent encore bénéficier d’une chirurgie. Ce n’est pas facile, et ça prend de la réflection. D’autre part, il y a trop de cas et on ne pourra jamais tous les opérer.  Ceux qui ne le sont pas sont souvent sous traction, ou souvent il est trop tard pour subir l’opération. Il devront vivre avec leur handicap qui sera, la plupart du temps obligation de marcher avec béquilles ou 2 cannes.

Nous avons eu aussi le mandat d’organiser et mettre en place au bloc opératoire tout ce qui concerne l’orthopédie à l’hôpital Bumerec. Nous devons partir à zéro, car il n’y a rien qui existe encore à cet endroit. C’est un petit hôpital tout nouveau qui vient d’ouvrir en janvier 2010. Les chirurgiens que nous avons rencontrés à date sont tous très ouverts et veulent nous faire confiance. Ils ont le gôut d’un avancement dans le secteur de l’orthopédie. Ils se sentent débordés par les cas qui ne cessent de s’acumuler.

Un petit tour en ville en auto et on comprend pourquoi il y a tant d’accidents.  Autos, motos,vélos surchargés, pietons font tous la compétition pour une place sur la route étroite et plein de nids de poules. 

La trauma, c’est l’épidemie malreconnu du tier monde.

L’ambiance de travail est très cordial et dynamique. Nous travaillons dans le calme et la patience, il n’y a aucun stress ici (sauf pour la conduite automobile bien sûr!) tout se passe au ralenti. Danièle doit modérer et apprendre à vivre au rythme de l’Afrique. C’était difficile, mais on s’y adapte! Etre efficace dans la lenteur!

A Lili notre chère amie , nous avons trouvé un cas pour toi à opérer.Sa chirurgie se fera mercredi et nous te donnerons son évolution par la suite. Merci de ton don  pour ce patient dans la vingtaine.  Il a une fracture et luxation de la cheville avec nécrose de la peau. Ce patient est très souffrant et n’a aucun analgésique pour la douleur. Nous ne savons pas si nous allons pouvoir sauver son pied. La dernière solution sera l’amputation, mais on fera notre possible pour sauver son pied. A plus tard et bonjour à tous. Nous arrêtons ici car les anophèles sont sortis et nous commençons à être piquer par ceux-ci!!!!!

Danièle et Christopher

Publié dans Mission 2011 | Un commentaire